Otto DIX La rue de Prague – 1920

Voici l’oeuvre d’0tto Dix  « Prager Straße » (La rue de Prague) 1920. Le mouvement artistique étudié est L’EXPRESSIONISME.

Otto DIX La rue de Prague - 1920

L’EXPRESSIONISME C’est un mouvement artistique apparu au début du xxe siècle, en Europe du Nord, particulièrement en Allemagne. L’expressionnisme a touché de multiples domaines artistiques : la peinture, l’architecture, la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique, la danse, etc. Survivant jusqu’à l’avènement du régime nazi, l’expressionnisme est condamné par celui-ci qui le considère comme « dégénéré ». L’expressionnisme est la projection d’une subjectivité qui tend à déformer la réalité pour inspirer au spectateur une réaction émotionnelle. Les représentations sont souvent fondées sur des visions angoissantes, déformant et stylisant la réalité pour atteindre la plus grande intensité expressive. Les origines sont multiples:

- La révolte:détruire une esthetique passéiste,toujours présente dans les salons

-L’esprit: rejoint les préocupations symbolistes à travers les thèmes (société hypocrite, gout pour les animaux )

-Le plan pictural : distorsion, géométrisation…

En rapport avec la figuration , les avant gardes du début du siècle remettent en cause les codes picturaux en rejetant la vision passéiste qui a imprégé les artistes jusqu’au XIXe siècle.

(Sources : Wikipédia et Livre « ARTS PLASTIQUES AU XXe SIECLE Delagrave)

raskolnikov-300x218

OTTO DIX

Il est né à Untermhaus près de Gera le 2 décembre 1891, mort près de Constance, à Singen, en 1969. C’est un peintre allemand de La Nouvelle Objectivité et de l’Expressionnisme.Il est issu d’un milieu ouvrier et reçoit une éducation artistique par sa mère. Otto Dix traverse la première partie du XXéme siècle avec des oeuvres où sourd une violente critique sociale, reflet de cette période de turbulences. Ses premières oeuvres sont impressionnistes mais son style et sa vie vont changer avec le début de la Première Guerre mondiale. Les effets traumatisants de la guerre sur Dix se traduisent sous une forme expressionniste. Il y tient un journal graphique pour dessiner ce qu’il voit et ce qu’il ressent. Il produit une série de tableaux mordants jusqu’à l’absurde où exprime sa perception du côté sombre de la vie. Otto Dix est particulièrement déçu par l’attitude des gens vis-à-vis des blessés, comme le reflète son tableau La rue de Prague (1920). Lors de la montée du nazisme 260 de ses peintures sont retirées des musées et une partie est brûlée. Dix est arrêté en 1938 et enfermé pendant deux semaines par la Gestapo pour complot contre Hitler, puis il est relâché en 1939. Capturé par les troupes françaises lors de la Seconde Guerre mondiale, il ne rentre à Dresde qu’en 1946.Après la guerre, Dix affirme son style, utilisant surtout des couleurs acides et froides qui lui permet de décrire son époque avec une grande cruauté.Traumatisé par les deux guerres, Otto Dix laisse derrière lui un lourd témoignage des horreurs humaines.

–>O.Dix  est marqué par l’influence de Die Brucke et du Futuriqme. Son rejet de la Bourgeoisie et ses revendications socilaes -proches de l’idéologie dadaïste- se traduisent par des gravures, collages et peintures qui évoquent cynétiquement la société dans un style grinçant et acerbe.

(Sources : Wikipédia , Livre « ARTS PLASTIQUES AU XXe SIECLE Delagrave , peintremik-art.com )

ETUDE DE L’OEUVRE

OTTO DIX- "Pragerstrasse (la rue de Prague)" 1920 - Stuttgart, Galerie der Stadt-

Démarche artistique:

Au moment ou cette œuvre est realisee, Otto Dix vient de fonder le Groupe 1919 avec Conrad Felixmuller (1897-1977) et il réalise des collages DADA. DADA, dit aussi dadaisme, est un mouvement intellectuel, litteraire et artistique qui, entre 1916 et 1925, se caracterisa par une remise en cause, a la manière de la table rase, de toutes les conventions et contraintes ideologiques, artistiques et politiques. Ce mouvement a mis en avant l’esprit d’enfance, le jeu avec les convenances et les conventions, le rejet de la raison et de la logique, l’extravagance, la derision et l’humour. De nombreux artistes du mouvement Dada denoncent les effets pervers de la guerre et son absurdité.

Déscription :

Cette peinture figurative et expressioniste au format 101 x 81 cm met en scène des hommes diminues, porteurs de protheses mecaniques, des cicatrices hideuses, des greffes, un monde grotesque d’anciens combattants pour les uns reduits à mendier, les autres exhibant leurs blessures comme autant de preuves de leur bravoure guerriere.Les couleurs sont dominantes vives au premier plan et ocre au second.

Au premier plan, on voit un homme au buste porté sur une planche à roulette, transportant un tract antisémiste où on peut lire « Juden Raus » , juifs dehors . Il a une croix de fer sur sa veste.

Au second plan , un autre soldat désarticulé/Mutilé de guerre où ses membres inférieurs et son bras gauche sont entièrement consitués de bois . On voit une main gantée déposant un timbre dans sa main artificielle.

Personne ne fait attention à eux dans la ville , l’agitation est pressante. On voit aussi deux chiens qui traversent la rue , amoindrissant les infirmes à leur niveau. Tout le tableau inspire le chaos et révèle les absurdités de la guerre.

Analyse :

Le mélange des techniques et des codes de représentation renvoie à des formes d’expression d’origine très diverses : indifférence à la souffrance et absence de solidarité, montée du nationalisme des anciens combattants allemands (croix sur le veston) et développement de mouvements d’extrême-droite antisémites (haineux envers les juifs) (extrait de journal) . On ne retrouve aucune ligne permettant de trouver le point de fuite, ce qui interdit toute impression de stabilité. Ceci souligne le caractère absurde de la guerre. La Pragerstrasse est la grande rue commerçante de Dresde, ville où vécut longtemps Otto Dix. L’expérience de la guerre a bouleversé l’artiste. En peignant cette toile, Dix démontre les conséquences de la guerre mais aussi le climat politique et social de l’année 1920 en Allemagne.

(Source : notredamedelancrel.zeclic.fr et Livre « ARTS PLASTIQUES AU XXe SIECLE Delagrave )

MON AVIS PERSONNEL

J’aime beaucoup le style d’Otto Dix et particulièrement sur cette oeuvre. Elle montre la cruauté des humains envers les mutilés de la guerre , mais également leur cruauté en général. Car oui , combien de personnes croisent des SDF tous le jours sans même leur adresser un regard ? Combien jettent et gaspillent tout et n’importe quoi chaque jour ? Combien de gens oublient qu’ils ne sont pas seuls sur terre et que des gens meurrent de faim pendant qu’ils plaignent d’un régime trop difficile à suivre ?Je m’égare un peu , mais c’est ça que j’apprecis dans le mouvement Expressioniste , et particulièrement le style d’Otto Dix.Il critique . Il dennonce . Il rappel à l’ordre le caractère inhumain de beaucoup de monde. Dans ce tableau , lorsqu’on peut voir la « grande dame » donner un timbre à un pauvre mutilé ; on se demande dans quel monde on vit ! Pense-t-elle seulement qu’il peut encore écrire ?! Et s’il avait avait quelqu’un à qui écrire , pense-t-elle qu’il serait là , dans la rue , au milieu de chien errants ? Otto Dix est courageux et il a du cran, d’avoir peint toutes ces choses. Voilà pourquoi j’apprécis beaucoup cette peinture.

Autre peinture d’O.DIX :

1921mirror-236x300

Publié dans : Non classé |le 13 avril, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

nstudios |
collegemarsillargueshida |
clairegaillard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | imaginationblogo
| kalypsocreations
| audreymbijoux